La Mort
Avocat, sans faire un long procès,
Venez plaider votre cause.
Vous avez su attirer les gens
Depuis toujours: ce n'est pas d'hier ni d'aujourd'hui.
Aucun conseil ne peut vous aider.
Vous devez paraître devant le grand Juge;
Soyez-en assuré.
Il est bon de devancer la justice.

L'avocat
Il est naturel que justice se fasse,
Mais je ne sais comment me défendre.
Nul n'obtient répit ou grâce de la Mort;
Nul ne porte sa sentence en appel.
J'ai parfois pris le bien d'autrui, quand j'y pense;
Voilà pourquoi je redoute d'être condamné.
Le jour de vengeance est à craindre.
Dieu rendra tout au juste prix.

La Mort
Ménestrel, qui dansez et savez vos notes,
Et qui vous y prenez si bien
Pour réjouir sots et sottes,
Qu'en dites-vous? Allons-nous bien?
Puisque je vous tiens, il vous faut montrer
Aux autres un pas de danse.
Me contredire ne sert de rien:
Le maître doit montrer sa science.

Le ménestrel
Je n'avais cure de danser ainsi,
Et je le fais certes de mauvais gré,
Car il n'y a pas de peine plus dure que la mort.
J'ai mis ma vielle sous le banc.
Plus jamais je ne jouerai la saltarelle
Ni aucune autre danse: la Mort m'en empêche
Et je dois lui obéir.
Un tel danse, qui n'a pas le coeur à cela.
<xmp>